LE GRAND GENEVE,

hôte des Assises Européennes de la Transition Energétique 2018 :

La coopération transfrontalière au service de la transition énergétique



À cheval sur deux pays (France et Suisse), deux cantons (Genève et Vaud avec le district de Nyon), deux
départements (Ain et Haute-Savoie au sein de la Région Auvergne-Rhône-Alpes), le territoire du Grand
Genève, hôte des Assises Européennes de la Transition Energétique 2018, a mis en place une politique
volontariste de coopération transfrontalière afin de répondre aux objectifs ambitieux de la transition
énergétique dans les domaines de la planification spatiale, de la mobilité, de la qualité de l’air et du
développement des énergies renouvelables. Tout en tenant compte des différentes normes, référentiels
et autres procédures propres à l’espace transfrontalier, les acteurs du Grand Genève ne cessent de
coopérer pour atteindre un objectif commun : réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de 40%
à l’horizon 2030 sur l’ensemble du territoire.

« Nos objectifs sont clairs. Il s’agit à la fois de consommer moins d’énergie, de gagner en efficacité énergétique et enfin de produire des énergies renouvelables » indique Pierre-Jean Crastes, Vice-Président du Pôle Métropolitain du Genevois français, délégué à l’aménagement du territoire et à la transition énergétique. Labellisés « Cité de l’énergie » côté suisse, « Territoire à énergie positive » et « Villes respirables » côté français, les territoires du Grand Genève sont plus que jamais dans l’ère d’après-pétrole. Aujourd’hui, 21 des 45 communes genevoises (qui concentrent à elles seules 85% des citoyens genevois) - sont labellisées « Cité de l’Energie ». 50 % de la population vit dans une commune labellisée GOLD. Et le territoire ne cesse d’innover.