Directeur Général d’ENGIE

«L’utilisation de nouvelles technologies, notamment numériques et digitales, permettra aux territoires une gestion durable et mesurable de leurs services à un coût maitrisé, contribuant à diminuer et optimiser les dépenses des collectivités.»



« Le monde et la France en particulier connaissent une véritable révolution énergétique qui nous engage tous à repenser nos actions. Un monde dual se profile pour 2050 : 50 % de l'énergie produite par des grandes usines et acheminés par de grands réseaux et 50 % d'énergie décentralisée, produite à proximité des sites de consommation au coeur des territoires. ENGIE a intégré les enjeux de cette révolution dans sa stratégie et se transforme dès maintenant avec trois objectifs. Recentrer notre portefeuille d'activités : 15 milliards d’euros de cessions sont prévues en trois ans (notamment des centrales à charbon). Investir 22 milliards d'euros dans les énergies renouvelables, les réseaux d’énergie et les solutions décentralisées. Accélérer la maîtrise de la technologie dans un monde d’objets connectés : 1,5 milliard d’euros seront consacrés aux technologies émergentes, solaire, gaz vert, hydrogène, et digital, catalyseurs de notre transformation.
Notre objectif est d’atteindre 25% d’ENR dans nos capacités de production dès 2020 dans le monde. En France, avec près de 60% de production d’électricité d’origine renouvelable, ENGIE est le 1er producteur solaire et éolien et 1er producteur alternatif dans l’hydraulique. Les avancées technologiques associées aux progrès dans le stockage d’électricité, font du solaire une des solutions les plus compétitives dans les ENR. Énergie décarbonée et locale, le biogaz est également un des vecteurs de la transition énergétique. Injecté dans les réseaux et utilisé pour la mobilité et le chauffage, le biométhane jouera un rôle croissant en France dans les années à venir. ENGIE et ses filiales sont présentes sur toute sa chaîne de valeur.