2017 - Transitions : un champ des possibles pour les territoires

Élus, acteurs des plans climat air énergie territoriaux, de la planification, directeurs des services de collectivités, entreprises et société civile – chaque année ils se réunissent aux Assises Européennes de la Transition Energétique, pour décrypter les enjeux, débattre, échanger, partager les tendances qu’ils ont pu observer et qui changent leurs pratiques. Les participants sont acteurs des Assises et organisent pas moins de 51 ateliers, 45 forums, 12 laboratoires pour présenter des projets concrets et confronter les expériences. Ils font partie intégrante d’un programme varié qui compte également 14 plénières de haut niveau.

Les ruptures à l’oeuvre dans le domaine de l’énergie se confirment avec des investissements croissants dans les renouvelables, des engagements de sortie de l’aire fossile précisant la feuille de route établie par l’Accord de Paris. Le film « Demain » illustre que des solutions existent, des initiatives naissent sur de nombreux territoires et son succès en salle montre que la transition est portée. Cependant, les projets multiples ne constituent pas encore de  trajectoire vers des territoires résilients, ils en esquissent les possibles.

2016 - Les Assises de l'énergie deviennent Assises Européennes de la transition énergétique

En décembre 2015, tous les Etats se seront retrouvés à Paris pour la COP21 pour fixer le cadre post-Kyoto. La COP21 met la question climatique sous les projecteurs et se présente comme la « COP des initiatives territoriales et des entreprises ». Toute l’année, la diplomatie française aura mobilisé l’ensemble des acteurs autour d’un agenda  des solutions, un agenda positif, qui fait état des actions déjà en route et montre l’étendue des possibles.

Au niveau national, après des années de débats et des mois d’échanges entre le Parlement, le Sénat et le gouvernement, le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte est adopté. Il rappelle  l’objectif du facteur 4 pour 2050 et donne une place centrale aux collectivités et aux acteurs locaux pour  notamment développer ensemble des territoires à énergie positive.
Comment ces deux processus vont-ils infléchir l’avenir ? Cette 17e édition des Assises de l’énergie, fidèle à l’esprit de leur création, permet de répondre à un besoin sans cesse renouvelé de mettre en débat les pratiques des territoires, de les partager et de les discuter entre acteurs.

2015 - « Transition énergétique : tous concernés, faisons-la ensemble »

Cette édition questionne la gouvernance territoriale en mettant les acteurs et leurs pratiques au centre du jeu et en situation de réponse face aux limites des forces dintervention publique traditionnelle. Elle montre le rôle de catalyseur que peuvent jouer les collectivités locales pour faire de la transition énergétique une transition sociétale.

Le contexte en janvier 2015

International : Préparation de la feuille de route des questions climatiques internationales de la COP21, la 21è conférence des Nations Unies sur le changement climatique, qui se tiendra à Paris en novembre 2015 et qui définira le régime post-Kyoto. Cette conférence accueillera près de 50 000 acteurs et délégués internationaux. Les négociations intermédiaires battront donc leur plein. « Lagenda de solutions » proposé par la France invite à montrer ce qui marche.

Européen : Le nouveau Parlement est installé depuis six mois. La Commission vient dentrer en fonction avec un nouveau commissaire à lénergie. La sécurité énergétique est redevenue un sujet de préoccupation majeure. Le paquet climat 2030 a été adopté ; la directive efficacité énergétique est en cours de révision. La nouvelle période de programmation de la politique de cohésion (dont les fonds FEDER) qui séchelonne sur 2014-2020 est opérationnelle.

Plusieurs textes sont en vigueur : la directive sur l'efficacité énergétique, la feuille de route « Énergie 2050 ». La stratégie sur les carburants alternatifs invite les Etats-Membres à présenter leurs plans de déploiement de stations de recharge publiques.

La Convention des Maires continue de montrer chaque jour sa pertinence, avec plus de 6 000 collectivités locales engagées dont plus de la moitié a remis leur Plan daction en faveur de l'énergie durable.

 

National : De nouveaux élus locaux sont en place depuis neuf mois. La réforme de lorganisation territoriale modifie la carte des collectivités et renforce le rôle des régions. Les nouvelles métropoles sont en place. Les premiers résultats de la mise en place des « Guichets uniques » et du Plan de rénovation énergétique du bâtiment seront disponibles. La France comptera plus de 650 démarches PCET en cours. Début janvier, les marchés de lénergie sont ouverts (première étape). La loi de transition énergétique pour la croissance verte est sur les rails...

2014 - La transition énergétique : une opportunité de développement pour les collectivités territoriales

« La transition énergétique est le passage d’une société fondée sur la consommation abondante d’énergies fossiles, à une société plus sobre et plus écologique.
Concrètement, il faut faire des économies d’énergie, optimiser nos systèmes de production et utiliser le plus possible les énergies renouvelables. Aller vers un modèle énergétique qui permette de satisfaire de manière durable, équitable et sûre, pour les hommes et leur environnement, les besoins en énergie des citoyens et de l’économie française dans une société sobre en énergie et en carbone.
C’est un nouveau modèle à inventer : plus juste, porteur d’emplois et d’activités économiques » (site du DNTE). Cela prendra du temps, plusieurs décennies au moins, ce qui implique de partir sans tarder. Une telle direction implique un changement culturel important, un changement dans nos façons de penser l’énergie, ses usages, ses formes de production, l’organisation de son système et ses acteurs.
La transition énergétique comme modèle de mutation économique et sociale est le postulat central décliné dans cette nouvelle édition des Assises.
Le contexte de crise économique, sociale, environnementale touche tout le monde : collectivités territoriales, citoyens et autres acteurs économiques du territoire…
L’enjeu central c’est la préservation et le développement des emplois : les réponses aux questions énergie/climat peuvent y contribuer. Percevoir les actions énergie/climat au niveau local comme des moyens d’atténuation voire de sortie de crise est aussi une note d’espoir…

2013 - Les territoires au coeur de la transition énergétique

Les collectivités territoriales sont incontournables pour réussir la transition énergétique que l'on peut définir comme le passage d'un système dominé par les énergies de stocks, vers un système basé sur les énergies de flux ce qui ne sera possible qu'avec des efforts d'efficacité énergétique inédits. Une telle direction implique un changement culturel important, un changement dans nos façons de penser l’énergie, ses usages, ses formes de production, l’organisation de son système, ses acteurs, etc. Pour atteindre le futur paradigme, il ne suffira pas de modifier à la marge l’ancien système avec une touche d’énergie renouvelable et une pincée d’efficacité énergétique. Cette transition énergétique constitue le fil conducteur des Assises.

2012 - Innovation technologique, le développement économique local

Suite à l’évaluation des Assises de Grenoble en février dernier, nous avons décidé en lien avec les principaux réseaux de collectivités locales, associations et partenaires... de créer un événement plus participatif et collaboratif.

Un programme sur trois jours, ouvert à des nouvelles thématiques - l’innovation technologique, le développement économique local -, un appel à manifestation d’intérêt destiné à recueillir une multitude d’initiatives locales et à promouvoir les territoires, des formats de réunion favorisant les échanges interpersonnels..., sont autant de nouveautés qui vont enrichir ces trois jours de débats. Des sessions plénières de qualité, la présentation de nombreux projets et pratiques territoriales essentielles pour contenir les effets du changement climatique en marche, constitueront autant de témoignages démontrant notre engagement dans l’action.

2011 - Urbanisme et mobilités

Urbanisme et mobilité à l’épreuve des territoires à basse consommation d’énergie

La réponse au défi du changement climatique inspire les inflexions majeures des collectivités qui, par leurs options en matière d’urbanisme et de mobilités, contribuent à produire un modèle de développement urbain moins « énergivore ». La maîtrise de l’étalement urbain et du mitage, la préservation des espaces naturels, la promotion de modes de

transports moins agressifs pour l’environnement, apparaissent en effet comme autant d’enjeux écologiques

qui prennent désormais place au coeur des stratégies d’aménagement local.

A ces préoccupations énergétiques et climatiques, s’ajoutent aujourd’hui celles relevant de la qualité de l’air et des niveaux d’émissions de polluants.

La prise en compte simultanée de ces trois dimensions s’impose comme une nécessité dès lors que l’on prétend s’inscrire dans une démarche de cohérence territoriale. L’arrivée des schémas régionaux Climat-Air-Énergie accélèrera encore la prise en compte de l’atmosphère dans sa globalité. Les Assises se devaient d’intégrer durablement cette préoccupation ; c’est pourquoi elles deviennent, pour leur douzième édition, les Assises de l’Énergie, du Climat et de l’Air.

2010 - Climat : les territoires en route vers les objectifs de 2020...

Comment faire en 10 ans ?

Les collectivités territoriales, se trouvent plus que jamais en première place pour orienter autrement le  développement de leur territoire, susciter la création d’emplois et améliorer de façon durable la qualité de la vie, tout cela en consommant moins et mieux l’énergie, en accroissant de façon significative la part des énergies  renouvelables et en réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre.
Le défi est d’autant plus grand que notre mode de vie et l’organisation de nos territoires ont été basés sur la dépendance à l’énergie « facile ». C’est l’objet de la trajectoire des « 3x20 » qui constitue le socle du Paquet ‘’énergie-climat’’ de l’Union européenne, qui sert de référence aux lois Grenelle, et pour laquelle plus de 500  municipalités européennes, en signant la Convention des Maires, se sont déclarées prêtes à s’engager.
Si l’horizon intermédiaire est 2020, le changement de trajectoire, c’est pour aujourd’hui, avec ses traductions en termes d’orientations stratégiques, d’allocation de moyens humains et financiers, de gouvernance et d’implication  des citoyens.
Cette 11ème édition des Assises se fera l’écho des chemins esquissés, des changements de braquet opérés par des territoires, des enjeux et des expériences pour mobiliser tous les acteurs d’un territoire. Elle évaluera dans quelle mesure nous sommes sur la bonne trajectoire et ce quelques semaines après la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique de Copenhague.

2009 - Energie, climat... une vraie chance pour nos territoires?...

 

 

L’Union européenne a adopté ses objectifs de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, d’amélioration de notre efficacité énergétique et d’accroissement de la part des énergies renouvelables. Ces mêmes objectifs, appelés les « 3 x 20 » sont repris au niveau national.

Les politiques locales influencent, souvent beaucoup plus qu’on l’imagine, nos consommations énergétiques et nos émissions de gaz à effet de serre.

En retour, les questions énergétiques et climatiques vont toujours davantage structurer, et probablement surdéterminer nos politiques territoriales : construction, mobilité, urbanisme, foncier, etc. y compris pour la satisfaction de nos besoins alimentaires.

Comment trouver la boussole qui nous permettra d’adapter nos politiques territoriales aux contraintes énergétiques et climatiques ?

Comment imaginer un futur désirable de nos territoires qui soit compatible avec les nouvelles exigences ?

Comment engager des politiques qui visent la généralisation à grande échelle d’actions et de méthodes qui ont fait leurs preuves ?

2008 - quel programme local pour l'énergie et le climat ?

A deux mois des élections municipales, il nous a semblé opportun d’engager la réflexion de ces 9èmes Assises Nationales de l’Énergie autour du thème : « 2008-2014 : quel programme local pour l’énergie et le climat ? »

Les différents sommets duGIEC (Groupement International des Experts pour le Climat), les réunions de l’ONU, les sommets européens ont rappelé que la problématique : consommation énergétique, émission de gaz à effet de

serre, changement climatique, est un des défis majeurs du 21ème siècle. Celui-ci ne pourra être gagné que par un engagement de tous les acteurs et, en premier lieu, des collectivités locales acteurs essentiels de l’aménagement du territoire, de l’habitat et des transports (soit deux tiers des émissions de gaz à effet de serre).

Si, à chaque édition des Assises nous portons un regard sur des exemples de nos voisins européens, j’ai souhaité que cette année, on comprenne mieux les dynamiques et les stratégies qui se mettent en place au niveau de grandes villes,dont les pays ne sont pas engagés dans le protocole de Kyoto (Chine, Etats-Unis…).

Elles nous démontrent que là aussi, c’est bien au niveau local que les actions doivent être menées et portées, par une volonté politique forte.

2007 - Energie, question de société !

Nous avons changé de dimension. La prise de conscience dépasse largement le cercle des spécialistes de l’environnement. Elle guidera un jour l’ensemble de nos comportements individuels et quotidiens. Déjà aujourd’hui, les gouvernements des pays riches sont amenés par leur population à prendre toujours plus de garantie environnementale. Qu’ils aient ou non signé le protocole de Kyoto.

Notre impératif est clair : engageons toutes les forces possibles pour renouveler nos sources d’énergie. Et il ne sert à rien de se cacher derrière je ne sais quelle idéologie purement économiste car nous n’avons pas d’autre choix. L’avenir de notre planète, celui de nos enfants en dépend. Le temps de l’énergie bon marché, les experts sont

unanimes, est derrière nous. Nos réserves énergétiques fossiles ne dépasseront pas quelques décennies. L’énergie est une question de société : le thème de ces 8e Assises de l’énergie ne s’y trompe pas. L’inquiétude est telle qu’elle appelle des réponses politiques, scientifiques et économiques.

Les solutions, elles, ne sont pas simples car c’est l’ensemble de notre mode de vie qui va s’en trouver modifié. La science doit encore chercher, les décideurs doivent faire preuve de plus de volonté. Nous ne pouvons plus seulement penser pour demain, mais pour les décennies à venir. Le temps de l’égoïsme consumériste est révolu.

L’objectif et la réalisation d’une croissance partagée doivent faire l’objet d’une volonté nouvelle et forte. C’est un combat à mener, celui du respect de notre environnement et de la préservation des sources vivantes de la planète.

2006 - Bâtiments d'aujourd'hui et de demain, les collectivités territoriales en action

Ce rendez-vous annuel est devenu la plus grande manifestation française qui, trois jours durant, est consacrée à l’énergie. Elle s’adresse en priorité aux collectivités locales afin de les sensibiliser sur leurs rôles et responsabilités dans la gestion locale de l’énergie.

Consommer moins, consommer mieux, utiliser intelligemment toutes les ressources énergétiques, c’est rendre nos territoires et leurs habitants moins vulnérables aux inévitables aléas de notre futur énergétique.

Le bâtiment est responsable de 40 % des besoins énergétiques et 25 % des émissions de gaz à effet de serre. Ce secteur, le plus "énergivore" en France, révèle pour autant d’importants gisements d’économies d’énergie qu’il convient d’exploiter sans tarder .

Dans un contexte marqué par le plan de relance de la construction de logements sociaux et de rénovation urbaine, le renforcement des compétences des Collectivités Territoriales dans le soutien aux actions de maîtrise de la demande, et la préparation de la nouvelle réglementation thermique, il paraît indispensable de saisir

avec l’ensemble des acteurs de la construction cette opportunité, pour rendre durablement performants nos logements et bâtiments publics et privés.

2005 - la collectivité territoriale, une consommation d'énergie avisée et responsable

Le prix du gaz a augmenté. Mouvement mécanique puisqu’il est directement influencé par celui du baril de pétrole. Donc, quand le prix du brut flambe, les producteurs de gaz répercutent la hausse sur leurs clients.

Conjoncture ? Beaucoup d’économistes s’accordent pour dire que le temps de l’énergie bon marché est derrière nous. Les collectivités territoriales consacrent entre 2 et 5 % de leur budget de fonctionnement à chauffer leurs bâtiments, à éclairer la voie publique et leurs équipements, à alimenter leurs véhicules... Nous n’en sommes donc plus aux simples intentions. Il est plus que jamais nécessaire de nous délivrer d’une certaine addiction énergétique.

Solution raisonnable : le développement durable. Le terme est souvent servi à toutes les sauces. En matière d’énergie, il faut veiller à ce qu’il préserve son authenticité et sa pertinence. D’autant plus au moment où la France lance son programme EPR.

2004 - Comment tirer parti de l'expérience européenne ?

Le 1er juillet 2004, les Collectivités territoriales françaises pourront choisir librement leurs fournisseurs d’énergie.

Fondé sur le principe de la libre circulation des biens et des services en Europe, ce changement est une étape

importante dans le processus de libéralisation totale du marché prévue en 2007. En France, cet événement est le

premier de cette importance depuis près de 60 ans quand l’électricité et le gaz avaient été nationalisés. Il va

modifier de façon très importante les conditions de consommation, de transport, de distribution, et de

commercialisation des énergies de réseaux .

Les Collectivités locales sont-elles prêtes ? Quelles incidences au sein de leurs services ? Qui sont les nouveaux acteurs ? Quels enjeux pour le service public ?…

Autant de questions que les représentants des collectivités locales doivent se poser.

2002 - énergie : production décentralisée et développement durable des territoires...

quels rôles pour les collectivités locales ?

Les Assises Nationales de l’Energie connaissent depuis leur première édition à Dunkerque en 1999 un succès croissant.
L’alternance entre les lieux de la manifestation, les agglomérations de Grenoble et Dunkerque, permettra d’associer
un plus grand nombre d’acteurs au débat énergétique.
La question énergétique devient une des préoccupations essentielles des acteurs locaux, qui auront un rôle de plus en plus important à jouer.
Le contexte est en effet marqué par des changements profonds dans le domaine énergétique : les marchés de
l’énergie s’ouvrent à la concurrence, de nouvelles technologies émergent, les préoccupations environnementales - avec la recherche d’une maîtrise efficace de l’effet de serre - sont de plus en plus présentes. De nouveaux jeux d’acteurs se créent, de nouvelles règles s’élaborent, la législation évolue, on repense les politiques énergétiques. La Production Décentralisée d’Energie est à l’ordre du jour.

 

 

2001 - Energie, mobilité urbaine... demain :

Quelles responsabilités pour les Collectivités Locales ?

En qualité d'acteur de l'énergie, les Collectivités Locales doivent aussi prendre leurs responsabilités.
Depuis de nombreuses années, certains gouvernements s'inquiètent du réchauffement de la planète. pour l'essentiel, la responsabilité en est attribuée aux activités humaines, notamment aux rejets gazeux dus à la consommation d'énergies fossiles.
En ce sens le secteur des transports, sans être le plus gros contributeur aux émissions de gazà effet de serre, préoccupe les pouvoirs publics pour le long terme du fait de sa croissance rapide, si rien n'était fait, sa part atteindrait le tiers des émissions en 2010.

Face à cet enjeu, la communauté européenne réagit en proposant une série de mesures ; le secteur de la recherche se mobilise avec des perspectives prometteuses; les industries automobiles et énergétiques s'attachent à rendre les véhicules et les conducteurs plus respectueux de l'environnement...

2000 - Energie Habitat ... demain

Quelles responsabilités pour les collectivités locales

Depuis la fin des années 70, selon la réglementation thermique, la consommation énergétique des logements neufs pour le chauffage a été divisée par 3. Qu’en serat-il dans 20 ans ? S’il est toujours difficile de se prêter au jeu de la prospective, on peut espérer que cette tendance continuera et qu'un logement consommera encore moins demain : au moyen de quelles techniques, quels matériaux, quels modes de chauffage, quelle énergie, quels comportements des acteurs ?
Si la consommation pour le chauffage a baissé, on a vu apparaître durant la même période des nouveaux besoins énergétiques liés notamment à une demande de confort accrue des citoyens en équipements. Force est de constater que ces consommations électriques sont parfois supérieures à celles du chauffage. Qu'en sera-t-il demain ?
Dans ce nouveau contexte, à quoi ressembleront ces maisons et immeubles à "Haute Qualité Environnementale", "intelligents", dans le logement social de demain comme dans le logement privé ?
La recherche de la meilleure performance énergétique et le développement de nouveaux moyens de production décentralisée d'énergie constituent des enjeux technologiques importants. Cependant, ils ne doivent pas pour autant faire oublier qu'ils sont là pour apporter un "plus" à l'utilisateur et/ou au citoyen...

1999 - "Politiques énergétiques et collectivités locales à l’heure européenne"

Des Assises de l’Energie, pourquoi ?

La France dispose depuis longtemps d'une politique énergétique nationale. Le débat parlementaire du 16 février 1999 a révélé qu'au-delà des divergences, un large consensus se dégageait au sein de la représentation nationale, sur la nécessité de mieux maîtriser les consommations d'énergie et de diversifier production.

Pour ce faire, l'Energie ne doit pas rester un domaine d'experts. Les collectivités locales et les agglomérations  doivent se réapproprier le débat sur l'Energie.

La loi d'orientation et d'aménagement durable du territoire, l'ouverture à la concurrence des marchés et la  multiplication du nombre d'opérateurs qui va s'en suivre, modifieront les prérogatives des collectivités en la matière.

Ces dernières trouvent inévitablement leur place dans un débat ouvert avec les opérateurs et les acteurs concernés, en précisant leur rôle dans la conception et la mise en oeuvre des politiques locales de l'énergie.

Pour toutes ces raison, la Communauté urbaine de Dunkerque, pôle européen de l'énergie par excellence, a pris l'initiative d'organiser les 1res Assises nationales de l'énergie orientées sur le thème "Politiques énergétiques et collectivités locales à l'heure européenne"...